Suprême conseil des rites confédérés

Filiation directe : Robert AMBELAIN et Gérard KLOPPEL

Get Adobe Flash player

À la Gloire du Sublime Architecte des Mondes

Souverain Sanctuaire  International
de Memphis-Misraïm

Suprêmes Conseils

oeuvrant  du 83ème au 84ème degré au sein du
Souverain Sanctuaire National
de Memphis-Misraïm

de l’Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm 
et du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm

Filiation directe des Grands Hiérophantes : Robert AMBELAIN et Gérard KLOPPEL, 
succédée par le Souverain Grand Maître  Général et Grand  Hiérophante Mondial  Joseph CASTELLI

RES CREATA EST ALIA FORMA INCREATÆ


Suprêmes Conseils

de l’Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm

* * *

Consistoires du 83ème degré

Sublime Grand Inspecteur de l'Ordre 

* * *

L'HISTOIRE :

Le degré de Sublime Grand Inspecteur de l'Ordre - 83ème degré de l’Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm, est utilisé pour englober dans les cadres du Rite de Herodom ou de Perfection un certain nombre de grades qui constituaient encore des systèmes indépendants :

Chevalier Prince Rose-Croix de Kilwinning etd’Hérédom.

Grand Élu Kadosh, Chevalier Blanc et Noir.  

Les Conseils du 83éme degré portèrent la dénomination de Consistoires.

Dans certains pays il n'y a qu'un Consistoire, établi au siège du Suprême Conseil. 

Dans d'autres, il y a plusieurs Consistoires du 83ème degré, mais alors ils sont régis par un Grand Consistoire, qui remplit, vis-à-vis d'eux et des corps subordonnés, une fonction analogue à celle des Grandes Loges dans la Maçonnerie symbolique ; c'est notamment le cas dans les deux Juridictions de France et d’Italie où l'on compte même un Grand Consistoire ; ce Collège est formé par les Présidents et les délégués des Consistoires particuliers.

Le rituel du Sublime Souv\ Prince du Grand Consistoire des Illustres Souverains Princes Chevaliers - 84ème degré de l’Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm, est à queques variantes près le même que celui du Sublime Prince du Royal Secret 32ème degré du R\E\A\A\.

Le rituel du 84ème degré pose, plus que tout autre, le problème des limites qui séparent l'histoire de la légende, de la présentation d'un synthème et de la symbolique.

LÉGENDE DU GRADE :

Le rituel du Sublime Souv\ Prince du Grand Consistoire des Illustres Souverains Princes Chevaliers - 84ème degré l’Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm, est à queques variantes près le même que celui du Sublime Prince du Royal Secret 32ème degré du Rite Écossais Ancien et Accepté, qui fut, paraît-il, fondé par Frédéric le Grand en 1786.  Sans vouloir rien affirmer quant à cela il est certain que la Grande Constitution date du 1er mai 1786, tandis que Frédéric le Grand mourut le 17 juin de la même année. En tous cas le Rite Écossais Ancien et Accepté fut précédé par le Rite de Perfection dont le plus haut grade était le 25ème degré et qui plus tard devint le 84ème de l’Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm...

On travaillait dans ce grade avant 1762 : date de l'élaboration de la Grande Constitution du Rite de Perfection. Quelques-uns de ces manuscrits parlent de Frédéric II de Prusse tandis que d'autres documents citent Frédéric II, mais tous ces vieux papiers sont d'accord sur un point ; ils parlent tous du Roi de Prusse Grand Maître et Commandeur en chef, Souverain des Souverains.  

Voici la composition de l'armée selon un rituel manuscrit du 18ème siècle.

Frédéric II, Roi de Prusse, Grand Maître, et Commandeur en chef, Souverain des Souverains, est avec une armée de Chevaliers de l'Aigle blanc et noir y compris les Prussiens, les Anglais et les Français, ainsi que les Adeptes du Soleil, du Liban, de Royal-Arche, de R.+C., de Chevalier d'Orient et d'Occident, des Princes de Jérusalem, des Grands Élus Parf\ de Royal-Arche, Chevaliers Élus, Prévôts et Juges, Intendants des bâtiments, Maîtres Parf\, Maîtres Secr\, Maîtres, Compagnons et Apprentis., et volontaires maçons symboles. »  

HABILLEMENT :

Le Souverain des Souverains est en habits royaux rouges est armé d'un glaive et d'un bouclier. Son sceptre est sur la table, devant lui.  Les Lieutenants Commandeurs ont aussi un glaive et un bouclier, et le chapeau sur la tête. Six membres du Consistoire au moins sont vêtus en rouge ils se tiennent dans la partie de l'est du Consistoire. Les officiers et les membres vêtus en rouge ne portent pas de tablier ; ils portent le cordon, auquel est suspendu le bijou de l’Ordre.

Cordon : Noir, liseré d'argent, en sautoir ; sur la pointe est brodée en rouge, une croix teutonique ; l'aigle à deux têtes, en argent est placé au centre de la croix. Le cordon est doublé en ponceau ; sur la doublure une croix teutonique en noir. Ceinture noire, avec frange en argent ; une croix brodée en rouge, sur le devant.

Bijou : Croix teutonique en or.

Tablier blanc : Bordure  violet et OR. Sur la bavette est brodée, en rouge, la croix rehaussée d'argent sur les contours.

Au milieu du tablier est tracé le plan du camp des Princes.

* * *

Conseil Suprême Défenseurs de l’Ordre des Rites Unis 

Souverains Grand Inspecteur Général - 84ème degré

* * *


1). Tablier et Sautoir du 84ème degré

Le 84ème degré de l’Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm correspond au Souverain Grand Inspecteur Général 33ème degré du R.E.A.A.

LE TEMPLE :

Le Temple est entièrement tendu de pourpre avec dessins de squelettes et ossements humains. Sur la façade orientale est un dais cramoisi englobant un delta lumineux avec en son centre, en caractères hébraïques, le grand et ineffable nom du Grand Architecte de l'Univers. Au centre de l'Orient, sous le dais, une estrade de cinq marches pour le trône du Président devant lequel est un autel triangulaire couvert de cramoisi, sur lequel est une flamme. A l'extrémité Est du Septentrion une table triangulaire pour le Trésorier, de même au Midi pour le Secrétaire.  A côté et sur la gauche du Secrétaire un siège pour le Maître des Cérémonies.

A l'Occident, au Septentrion, pour l'usage de l'Inspecteur, un trône avec une table triangulaire couverte en cramoisie et surélevée de trois marches. Devant la porte d'entrée, légèrement vers le Midi, un siège pour le Tuileur. Dans le centre du Conseil, légèrement vers l'Est, est un piédestal quadrangulaire couvert en cramoisi sur lequel est une Bible ouverte et une épée nue au travers. Au Nord de ce piédestal un squelette humain tenant, dans sa main droite, un poignard dans l'attitude de vouloir en frapper quelqu'un et dans sa main gauche un drapeau de soie blanche de trois pieds et demi de long et deux et demi de large, frangé or et argent sur lequel est figuré un aigle à deux têtes aux becs d'or, les ailes ouvertes, tenant une épée nue dans ses serres, et sous laquelle est suspendu un bandeau bleu portant l'inscription en lettres d'or : Deus Meumque Jus.

Un mètre en avant du piédestal, vers l'Occident, est le tableau de Loge. A l'intérieur de la porte du Conseil est l'inscription : Deus Meumque Jus.

Les lumières figurent au nombre de onze selon les dispositions suivantes : A l'Orient cinq, à l'Occident trois, au Septentrion une, au Midi deux. Elles seront toutes disposées sur un chandelier posé sur un pilier. S'il doit y avoir une réception, on préparera un vase à double compartiment. Dans un compartiment sera déposé de l'encens qui brûlera durant toute la cérémonie. Le second compartiment sera à demi rempli de vif argent, en ayant soin de veiller à ce qu'il ne soit pas chauffé, mais que les fumées dégagées par l'encens paraissent en émaner. On prévoira également une bague or, portant à l'intérieur l'inscription :

Deus meumque Jus, ainsi que le nom du candidat.

Voir planche I : Le Temple - Voir Planche II : Le Tableau de Loge.

FONCTIONS ET ATTRIBUTS :

L'assemblée est dénommée Conseil Suprême et tous les membres ont pour titre Souverains Grands Inspecteurs Généraux.

  • Le Président porte le titre de Très Puissant Souverain. Il est coiffé d'une couronne royale et tient une épée nue dans sa main droite. Selon l'historique il représente Frédérick II roi de Prusse. Il porte une cape rouge.
  • Le 2ème dignitaire a pour titre Très Illustre Inspecteur. Il siège à l'Occident, coiffé d'une couronne ducale et tenant une épée nue dans sa main droite. Selon l'historique il représente un prince de sang français.
  • Le 3ème dignitaire se nomme Ministre d’État Grand Orateur du Saint-Empire.
  • Le 4ème dignitaire se nomme Ministre d’État Chancelier du Saint-Empire.
  • Le Secrétaire se nomme Illustre Grand Secrétaire Général du Saint Empire.
  • Le Trésorier se nomme Illustre Trésorier Général du Saint-Empire.
  • L’Hospitalier se nomme Illustre Hospitalier Général du Saint-Empire.
  • L’Expert dont le titre est Illustre Capitaine des Gardes Général du Saint-Empire tient une épée dans sa main droite.
  • Le Maître des Cérémonies se nomme Illustre Grand Maître des Cérémonies Général du Saint-Empire, il dispose d'une canne.

Tous les membres ont pour titre Souverains Grands Inspecteurs Généraux. Ils portent une cape templière et un sautoir violet moiré, de douze centimètres de large, avec des bordures et franges dorés « OR ». Sur le devant du sautoir figure un triangle doré environné d'une grande gloire et au centre duquel est le nombre « 84 ».  Le bijou du grade, suspendu au cordon est une Croix Templière.


2). Tablier et Sautoir du 84ème degré

DISCOURS HISTORIQUE ET LEGENDAIRE :

Nous pensons que le temps n'est plus de retracer ici le discours historique tel qu'établi lors de la constitution du grade. Nous nous bornerons d'en rappeler les points principaux, tant en ce qui concerne l'histoire, dans laquelle la légende est intimement mêlée, que les préceptes moraux que ce degré implique.

Le Très Puissant Souverain Grand Commandeur, ou Chef Souverain des Souverains Princes de Royal Secret, fut notre illustre Frère Frédérick II, Roi de Prusse. Il établit ce grade de concert avec notre Frère, Son Altesse Royale Louis de Bourbon, Prince de sang de France de, et d'autres illustres personnes qui avaient le grade de Kadosch et celui de Prince du Royal Secret.

Le grade de Kadosch, ou Chevalier Kadosch, est le plus éminent et le plus important. Mais malgré les plus grandes précautions dans le choix des candidats, quelques personnes, indignes d'être admises dans ce grade, peuvent y être reçues, ou, par un zèle mal dirigé, ou un enthousiasme religieux dans l'obligation littérale de ces obligations, peuvent être induites à commettre des actions qui ne furent jamais prescrites. En conséquence, le Roi forma et établit, le premier mai 5786, le 33ème grade, pour fixer l'étendue des devoirs de Kadosch.

Le Roi, persuadé que, selon le cours des événements humains, il ne pouvait pas vivre encore beaucoup d'années, conçut et exécuta le glorieux dessein de concentrer le Souverain Pouvoir Maçonnique qu'il tenait, comme Souverain Commandeur de l’Ordre des Princes de Royal Secret, en un Conseil de Grands Inspecteurs Généraux, afin que ce Conseil put régler, après son décès, conformément à a Constitution et aux Statuts qu'il forma alors, le Gouvernement de la Maçonnerie dans tous ses grades, depuis le 17ème ou Chevalier d'Orient et d'Occident inclusivement, laissant l'inspection des loges Symboliques à la grande, ineffable et sublime Loge de Parfait Maçon des Chevaliers d'Orient, Grand Conseil des Princes de Jérusalem, qu'il concevait pouvoir être justement chargés de ce pouvoir.

Le nouveau grade s'appelle : Grand Inspecteur General du Suprême Conseil du 33eme degré. Identique à notre 84eme degré.

C'est ici le lieu de rappeler quelques détails historiques auxquels par la suite, le grade de K\S\ a été mêlé d'une manière telle que sa raison d'être en a été forgée.

Voici : Les Chevaliers Templiers formaient un Ordre de Chevaliers, institué sous le règne du Pape Gelase, vers l'année maçonnique 5117, et ainsi appelés parce qu'ils demeuraient dans une partie du Temple de Jérusalem, non loin du Sépulcre de Jésus Christ. Ils recevaient et assistaient les étrangers chrétiens et les pèlerins charitablement, revêtus de leur armure, les conduisaient dans la terre sainte pour y voir les monuments sacrés de la chrétienté, sans crainte des infidèles. Cet Ordre s'accrut en nombre, en pouvoir, en richesses et, vers l'an 1200 de l'ère vulgaire, il se répandit dans toute l'Europe.

Leurs principales Commanderies étaient situées sur les bords de la Méditerranée. Leur influence et leurs possessions étaient immenses et s'accroissaient journellement. Philippe le Bel, Roi de France de, en devint jaloux, et cette jalousie se transforma bientôt en une haine implacable lorsqu'ils épousèrent la cause de Boniface VIII, dans le différent qu'eut ce Pontife avec le Roi.

Le 13 octobre, anno lucis 5307, Philippe le Bel fit arrêter tous les Chevaliers Templiers qui se trouvaient dans son royaume, et les livra aux plus horribles supplices. En 5312, tout l’Ordre fut supprimé par le Pape Clément V, à la requête du Roi.  Les Rois d'Angleterre, de Castille et de Sicile, le Comte de Provence et tous les Souverains de l'Europe, firent arrêter les Chevaliers Templiers, s'emparèrent de leurs possessions et mirent des gardiens dans leurs Commanderies.

Le 1er octobre de la même année, le concile de Vienne avait banni tout l’Ordre, de concert avec le Pape, et donné la plus grande partie de leurs possessions aux Chevaliers Hospitaliers de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, Chevaliers de Rhodes, maintenant dénommés Chevaliers de Malte, Ordre établi vers l'an Maçonnique 5120, lorsque Honorius fut élu Pape.

Les Chevaliers Kadosch étaient originellement appelés Chevaliers Templiers, mais, après le massacre de ceux-ci par Ordre de Philippe le Bel, ceux qui en échappèrent furent obligés de changer de nom et d'apparence, pour mieux éviter les persécutions de leurs ennemis. Ils cessèrent de porter le cordon noir et la croix rouge et y substituèrent un large cordon, couleur de sang, porté de l'épaule gauche à la hanche droite, auquel était suspendu un aigle noir à deux têtes, les ailes étendues, tenant dans ses serres une épée nue. Vers l'an Maçonnique 5767, des recherches furent faites dans Paris pour s'assurer si des maçons qui prenaient le titre de Chevaliers Kadosch étaient réellement des Templiers.

Si cette découverte eut réussi, cet Ordre eut été une nouvelle fois anéanti. Il fut en conséquence déterminé, dans le Grand Conseil de Communication de Berlin et de Paris, qu'ils prendraient à l'avenir le titre de Chevalier de l'Aigle Blanc et Noir. Au-delà de ces faits historiques, gardons en mémoire que les devoirs que nous nous sommes imposés lors de notre réception au grade de Chevalier K\S\ demeurent essentiellement la défense de l’Ordre, le culte du Grand Architecte et le bonheur de l'Humanité, regardant comme traîtres et parjures ceux qui faillirent à ces engagements. 

Aujourd'hui, nourrissons dans nos cœurs le germe de la vertu, et dans notre conduite et nos expressions, n'offensons jamais personne, respectons le genre humain. Même nos ennemis qui, s'ils devaient être combattus, doivent l'être toujours ouvertement et avec honneur, et si de ces combats nous sortions victorieux, ne tachons pas nos lauriers en insultant nos ennemis vaincus. Prouvons leur, par la magnanimité de notre conduite, que la justice n'exige point l'aide d'une main assassine, mais que la vertu sera sa propre récompense.

Convainquons-les de l'atrocité de leur conduite par la droiture de la nôtre, et de leur injustice par notre clémence. En quelque Pays que la capricieuse fortune puisse vous jeter, soyez fidèles et obéissants à ses lois et à son gouvernement, car un Maçon qui ne sert pas fidèlement le Pays qu'il habite, n'hésiterait pas à sacrifier le secret de son Ordre.

Vénérez l'être qui vous donna la naissance. Soyez tendre mari envers l'associée de votre cœur et père affectionné de votre progéniture Élevez-la et dirigez-la dans les sentiers de la vertu et de la religion. Que votre vieillesse soit couronnée par la paix de l'âme, exempte de reproches. Introduisez vos fils dans l’Ordre maçonnique.

Soyez sincère envers vos amis et vos Frères, supportez patiemment leurs fautes, soyez indulgent pour les faiblesses de l'humaine nature. Soyez l'exemple vivant de la vertu et de la bienfaisance pour tout ce qui vous entoure. Aidez le pauvre et l'affligé, Maçons ou non, donnez leur le secours dont ils ont besoin selon vos facultés, et surtout, offrez sans cesse des prières au Grand et Éternel Dieu, pour toutes les preuves signalées de bonté et de miséricorde que vous avez reçues de lui, et efforcez vous, avec ardeur, d'atteindre à cette béatitude céleste et éternelle que Lui seul peut accorder.

Amen !

* * *